c’est quoi un bon Dj de mariage ?

C’est quoi un bon DJ de mariage ?

– Un bon DJ mariage se tait ( … )

– Un bon DJ mariage est dans l’événementiel, le service. Ça veut dire qu’il est disponible, il sait échanger avec le traiteur, les proprios de la salle, les mariés, les parents des mariés (pas facile) et même le cousin ivre qui vient lui demander Slayer (qu’il doit traiter aussi comme un client, il y a des techniques pour ça). Bien habillé, de bonne humeur et s’exprime correctement. Charmeur ? un peu.

– La préparation. Rendez-vous préalable de visu ou par skype avec le DJ. Playlist et déroulement de la soirée sont travaillés en amont et prêts à modifier sur place si besoin.

– La musique. Personne n’a la formule magique et personne ne peut satisfaire tout le monde. Je passe Depeche mode? on me demande SIA. je passe SIA ? on me reproche de ne pas passer de Disco. Il faut donc satisfaire différentes générations, différentes habitudes de soirée. Question d’expérience et surtout il faut qu’un bon DJ mariage mette son ego en sourdine.

Le problème principal pour moi c’est la notion de kitsch, la « déconne ». Parce que Marc ronson et bruno mars, il faut pas être un génie de la platine pour faire danser les gens avec.
Non, le vrai défi c’est la déconne, le côté Rtl-Nostalgie-Energie des 20 dernières années. le Kitsch. Il en faut mais lequel ? et là réside le talent

En un exemple : Magnolia OUI, Alexandrie alexandra NON.

Le premier fait danser et chanter à peu prés tout le monde, c’est bien produit et un côté kitsch rétro.
Le second fait « mariage 80 », trop vu trop entendu. Idem pour YMCA, ou Gloria Gaynor.
Soyons clair, ces chansons sont de bonnes chansons, biens écrites, biens produites MAIS … elles impriment une ambiance, un petit truc qui résonne dans la tête: « mouais, been there, done that » un goût de déjà vu déjà entendu.
Ça fonctionne bien sûr, ça danse bien sûr … « mais bon » et en mariage on veut pas un petit « mouais », on ne veut pas de « mais bon » on veut un gros « Yeah ! c’est bon ça !!! » ou d’un « c’est quoi le nom de cette chanson? »

Pour définir la différence entre le bon et le mauvais kitsch, il me vient à l’esprit un souvenir.

Une soirée mariage, je mets un titre, un peu kitsch un peu daté, je le sens bien , je teste.
Dés les premières notes, j’entends un invité qui hurle presque : « oh nooonn pas celle-là ».
Tout de suite, je m’inquiète, je le prends pour moi, je me dis que je me plante. Réaction instantanée : je prépare la chanson suivante pour vite enchainer dès la fin du premier refrain. Et là, je m’aperçois que l’invité en question danse comme un fou sur « celle là ».

Alors comment choisir ? Il n’y a pas de raison, pas algorithme, juste l’ensemble d’un passé, une mode à un moment donné, de souvenir, de marqueur d’époque.
En deux mots : L’expérience et l’instinct.

– Le matériel. Une enceinte 1 000 Watts rms, c’est entre 100 et 10 000 euros. pas besoin d’être ingénieur pour savoir que l’enceinte à 1 200 euros sonnera mieux que celle à 300.
Et si vous pensez que ce n’est pas important c’est que vous n’avez jamais fait Lille – Madrid dans une fiat panda.

– last but not least. Un contrat. Simple mais bien défini comme pour le tarif.